La mauvaise situation économique et la corruption ont été les principaux facteurs du renversement du régime du Shah. Ces raisons ont été la cause des manifestations contre le régime des mollahs.

Les médias iraniens ont brossé un tableau positif de l'Iran après l'accord nucléaire. Des millions d'Iraniens s’attendaient à ce que l'économie du pays prospère après la signature de l'accord. La presse iranienne a embelli les résultats économiques attendus de la mise en œuvre de l'accord nucléaire. L'investissement étranger attendu a été exagéré. L'économie iranienne a longtemps souffert d'isolement, de sanctions et de pressions en raison de la politique du régime et de la légitimité internationale.

Les investissements étrangers ont été projetés à plus de 50 milliards de dollars par an. L'économie iranienne n'a vu aucune de ces attentes. Il y avait seulement des augmentations des ventes du pétrole et du gaz, mais seulement pour financer les plans de la Garde révolutionnaire en Irak, en Syrie et dans d'autres pays.

Les jeunes iraniens quittent leur pays à à un taux qui s’élève à 16 000 jeunes par an. Ils vont dans d'autres pays pour réaliser leurs rêves et leurs aspirations. L'Iran ne peut pas être une patrie pour un avenir meilleur. Les chercheurs de la situation iranienne la trouvent intraitable sous ce régime misérable.

Les rêves et les ambitions du régime iranien sont une auto-destruction. Les mollahs insistent pour continuer leur politique expansionniste. Le peuple iranien a rejeté cette politique à travers des manifestations récentes. Il est vrai que ces manifestations ont brisé le mur de la peur et exposé le chef suprême et les mollahs. Les nouvelles générations iraniennes sont plus conscientes et audacieuses face à ce régime. C'est une question de temps pour ces manifestations et non de courage. Les manifestations récentes ont montré que la jeunesse iranienne a le courage de se rebeller contre la machine vicieuse de la répression sans couverture internationale.

Selon l'Agence de presse Fars, Ali Akbar Velayati, un conseiller principal de l'ayatollah Ali Khamenei, a déclaré que les dirigeants du pays n'ont aucune intention de limiter leur influence à travers le Moyen-Orient en dépit des pressions américaines. « L'influence de l'Iran dans la région est inévitable et pour rester un acteur clé dans la région, cette influence continuera », a-t-il confirmé.

« L'Iran n'a pas l'intention d'abandonner les nations opprimées dans la région ... Notre présence en Syrie, en Irak, en Palestine et au Liban est en coordination avec les gouvernements de ces pays », a déclaré M Velayati.

Le régime syrien a convoqué les gardiens de la révolution pour aider à la lutte antiterroriste. Mais les gouvernements libanais et palestinien rejettent ouvertement toute présence iranienne. Il est difficile de dire que la présence iranienne en Irak est maintenant approuvée par le gouvernement irakien.

Velayati accuse le peuple iranien d'ignorance. Il a considéré leur demande de se concentrer sur les affaires iraniennes un manque de compréhension de la politique internationale. Vous ne pouvez pas laisser le feu brûler la maison de votre voisin, dit-il. Un politicien n'accuse pas son peuple d'ignorance, un peuple qui révèle les aspects de la corruption et revendique son droit au travail. Velayati a oublié que son pays est la raison principale de l'instabilité, du sectarisme et du terrorisme dans la région.

Les mollahs sont fermement attachés à leurs rêves. Cela conduira inévitablement à leur destruction. L'économie iranienne est soumise à des crises sévères et sera le facteur décisif dans l'élimination des rêves des mollahs.