Les pays de l'UE ont une expérience significative dans le traitement avec l'Iran, mais cela n'a aucune influence sur la construction d'une vision stratégique européenne sur le dossier nucléaire iranien.

L'UE maintient fermement l'accord signé entre Téhéran et le groupe « 5 +1 » et considère que c'est la base de la relation avec l'Iran. L'UE considère que l'accord et les violations par l'Iran des pactes internationaux concernant le programme de missiles sont des questions complètement distinctes.

La vision de l'UE n'est pas convaincante. Toute convention internationale reflète les bonnes intentions de ses parties signataires, des parties qui ne devraient pas violer un autre accord fortement lié au premier. L'accord nucléaire est étroitement lié au programme de missiles balistiques de Téhéran. Pour poursuivre son programme de missiles, l'Iran devrait avoir un programme nucléaire capable de fabriquer une bombe nucléaire.

Les deux dossiers sont deux faces d'une même pièce. Sinon, le budget économique de l'Iran pour développer le programme de missiles et couvrir les sanctions internationales sera un gâchis. Mais ce n'est pas le cas. Le régime iranien dépense la plus grande partie de sa richesse en armements et en plans expansionnistes régionaux.

L'UE essaie de traiter chaque dossier séparément et considère l'accord nucléaire comme un gain stratégique. Mais ce n'est pas le cas avec l'Iran. Téhéran refuse de signer le Protocole additionnel à l'AIEA qui prévoit le droit à une inspection soudaine des installations nucléaires pour garantir l'engagement de l'Iran à l'accord. Le régime des mollahs est en train de mettre au point des missiles balistiques à moyen et long rayon d'action portant des ogives nucléaires ou d'autres armes de destruction massive.

L'évaluation européenne de l'engagement de l'Iran à l'accord nucléaire est basée sur des inspections régulières de l'AIEA. Ces inspections se concentrent sur les installations nucléaires inscrites à leur ordre du jour. Le régime des mollahs doit cacher trop d'informations de la censure internationale.

Les négociations sur l'accord nucléaire ont pris des décennies. Mais cela ne signifie pas fermer les yeux sur les violations de l'Iran, que ce soit pour l'accord lui-même ou d'autres domaines militaires. Les préoccupations associées à l'accord sont principalement militaires. Par conséquent, les violations de même nature ne devraient pas être séparées de tout dialogue avec Téhéran.

L'UE a une approche différente face à la menace iranienne. Le régime des mollahs n'a rien à voir avec la diplomatie de l'UE. Les dirigeants des mollahs craignent de rester au pouvoir, surtout à un stade où leurs relations avec leur peuple se détériorent.

Pendant l'invasion américaine de l'Irak en 2003 et les attentats du 11 septembre, les mollahs avaient peur que la colère américaine ne les atteigne.

La menace de la force dans les relations internationales est complètement nuisible. Cependant, certaines situations exigent des politiques appropriées pour dissuader les régimes irresponsables de déstabiliser la communauté internationale.