Les relations entre les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite ont connu un développement considérable ces dernières années. Les relations historiques entre les deux pays sont devenues un modèle de liens bilatéraux qui combinent des motifs politiques et sociaux communs et des intérêts stratégiques partagés.

Les dirigeants des deux pays ont cristallisé une vision commune sur les défis auxquels ils sont confrontés. Leur compréhension mutuelle a abouti à des stratégies conscientes pour protéger la sécurité nationale non seulement des deux pays, mais aussi du CCG et des pays arabes.

Grâce à leur coopération stratégique, les EAU et l'Arabie saoudite ont atteint des objectifs historiques. L'alliance a déjoué les ambitions des puissances régionales pour contrôler notre région, empêchant un cauchemar. L'Iran aurait pu prendre le contrôle du Yémen et renforcer son emprise sur la frontière sud du CCG.

La coopération entre les EAU et la Saoudite a empêché les expansionnistes ambitieux de nuire aux intérêts stratégiques du Golfe et des pays arabes. L'utilisation positive des ressources et le pouvoir de sauvegarder les intérêts et de s'attaquer fermement aux menaces stratégiques ont été au cœur de ce modèle de coopération.

Alors que le système d'action conjointe arabe (la Ligue arabe) a perdu son efficacité depuis 2011, les turbulences de la région ont offert aux pouvoirs régionaux une occasion d'élargir leur influence et de contrôler les ressources et les gains des pays arabes. Mais il ne fallut pas longtemps avant que les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite ne commencèrent à investir toutes leurs ressources pour protéger leur sécurité nationale ainsi que celle du CCG et des pays arabes.

Avec une forte confiance dans les objectifs communs, la coopération bilatérale entre les EAU et l’Arabie Saoudite transcende gracieusement la compétitivité traditionnelle qui a longtemps entravé l'action conjointe arabe. Les dirigeants des EAU sous la direction de Son Altesse le Cheikh Khalifa Bin Zayed Al Nahyan et Son Altesse le Cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, Vice-président des EAU, Premier ministre et gouverneur de Dubaï, Son Altesse le Cheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan, le Prince héritier d'Abu Dhabi et Le commandant suprême adjoint des forces armées des Émirats arabes unis, et les dirigeants saoudiens sous le règne du Gardien des deux Saintes Mosquées, le Roi Salman Bin Abdul Aziz et le prince héritier Mohammed bin Salman bin Abdul Aziz, ont renforcé les relations bilatérales par la compréhension mutuelle et la coopération sincère et ont mis les capacités et les ressources nationales au service du développement et du progrès.

Le soutien des EAU à l'Arabie saoudite est devenu l'un des piliers de la sécurité nationale des EAU. La coopération bilatérale est intrinsèquement stratégique pour les dirigeants émiratis qui, depuis la fondation du pays fédéral, ont cru que l'unité est essentielle au développement et à la protection des intérêts nationaux.

Les chercheurs en relations internationales et dans les affaires du Golfe étudieront la coopération stratégique entre les EAU et l’Arabie Saoudite et son impact sur le maintien de la région en toute sécurité et sur le maintien du rôle du système d'action conjointe de protéger les pays arabes qui font face à beaucoup de défis existentiels et de menaces depuis 2011. Les deux pays du Golfe se sont battus contre le projet expansionniste néo-colonial de l’Iran depuis 2011.

La coopération exemplaire entre les Émirats Arabes Unis et l'Arabie Saoudite s'accroît grâce à la croyance de leurs dirigeants dans la destinée commune, les buts et les intérêts communs et leurs actions en conséquence. Certains croient en ce qu'ils font, tandis que d'autres sont des collaborateurs qui ne pensent qu’à leur propre intérêt, qui s'entendent avec vous mais attendent vraiment le bon moment pour vous poignarder dans le dos.

La clé de la force du modèle des relations entre les EAU et l’Arabie Saoudite réside dans l'honnêteté, la sincérité, la clarté des intentions et le travail acharné pour les intérêts des peuples, et non pour des agendas étrangers.